Interview: Our Theory

Spread Their Sound s’est entretenu avec Yoann et Alex, respectivement bassiste et chanteur du groupe Our Theory, afin de discuter de leur prochain EP Renaissance, du changement de line-up, de leur covers dans les H&M, et plus encore !

Our Theory
© Julien Froment

On est pas sans remarquer le « récent » changement de line-up, mais qu’avez-vous retenu de votre carrière, et comment voyez-vous la suite du groupe musicalement parlant ?
Yoann : On a vécu tellement de bons moments depuis la création du projet qu’il serait difficile d’y répondre en deux lignes mais tout ça n’existe pas sans concession, l’ultra disponibilité va souvent de paire avec la précarité, on est tous un peu fauchés mais on croit en notre projet et ça déborde souvent sur nos vies personnelles. Si je devais synthétiser, je dirais que c’est que du bonheur. Notre but premier c’est d’aller à la rencontre du public et partager notre musique, le meilleur reste donc à venir.

Le fait d’avoir introduit Alex lors du Damage Festival l’an dernier, alors que Bastien était encore là, c’était comme le passage du flambeau, où est-ce que l’aventure Our Theory allait continuer avec deux chanteurs?
Y: L’arrivé d’Alex a bousculé pas mal de choses, c’est un bon virage que prend Our Theory avec cette nouvelle configuration, mais rien n’était calculé à l’avance. Les choses se sont faites naturellement, Bastien a peu à peu laissé sa place de frontman au sang neuf. Maintenant qu’on trouvé la bonne dynamique, on a remanié plusieurs points afin d’offrir un show et une musique vraiment meilleure alors soyez-là!

Concernant Alex, n’est-il pas compliqué pour un nouveau membre de s’approprier les chansons anciennement composées ?
Alex : Je pense être le plus apte à répondre à cette question, je suivais en fait Our Theory depuis leurs débuts, j’avais acheté Collapse sur iTunes et je connaissais donc déjà quasiment tous les morceaux par cœur avant même de me faire recruter dans le groupe. On a réellement décidé d’évoluer depuis mon arrivée et c’est pourquoi notre set live a été entièrement repensé. « The Liars » est le seul titre du dernier album qu’on continue à jouer aujourd’hui, car il correspond plus à notre nouvelle sonorité.

Le 18 novembre prochain sortira un nouveau EP, Renaissance. Cela a un rapport avec le fait que le groupe à subit un changement de line-up ?
Y: Oui complètement, dans un groupe il y a des hauts et des bas, Our Theory a toujours survécu aux différents problèmes rencontrés. On a eu plusieurs changements de line-up, on a prit un virage sur le style, et dans nos vies personnelles aussi ça à bien secoué. Tout ça aurait pu nuire au projet, mais non! L’essence même de Our Theory est restée intacte. Renaissance c’est notre volonté de ne rien lâcher.

Dans votre nouveau single « Unbreakable », vous dites que vous ne laisserez personne se mettre en travers de votre chemin. Vous essayez de faire passer un message disant que rien de vous arrêtera, ou est-ce que vous vous adressez à une ou des personnes en particuliers qui ont peut-être tenté de vous faire du tord ?
Y: C’est un peu l’idée oui. Quoi que tu fasses dans la vie, il y a aura toujours des gens mal intentionnés qui feront tout pour te nuire, il faut vivre avec cette idée. On s’est fait escroqué par une entreprise américaine qui s’est bien foutu de nous il y a un petit moment. « Unbreakable » est un peu le « f*ck off » à tout ceux qui nous mettent des bâtons dans les roues d’une manière ou d’une autre, on a pas besoin de leur consentement pour tracer notre chemin.

Aussi, que pouvez-vous nous dire sur cet EP ?
A: Un son plus énergique, de nouvelles influences, un réel concept autour de morceaux qui nous engagent personnellement. Ecoutez le premier titre « Unbreakable » pour vous faire une idée de cette nouvelle sonorité.

Pourra-t-on y retrouver des featurings, comme dans le précédent album ?
A: Pas de featuring cette fois-ci, le public devra se contenter de nos voix (rires)

Vous avez déjà fait quelques reprises, dont des chansons de Justin Bieber et plus récemment Rihanna. Qu’est-ce qui vous plaît dans cette idée de faire des covers d’artistes ne provenant pas de la même scène que la vôtre ?
A: Ça nous ouvre à un public vraiment plus large, qui pourrait justement apprendre à s’intéresser à notre style musical grâce à ces reprises de chansons connues de tous.
Y: Personnellement j’écoute assez peu de métal mais bien évidemment je me tiens au courant de l’actualité, c’est un peu notre boulot. Ce qui me plaît dans la cover, c’est de rendre notre musique et notre style beaucoup plus accessible et de le diffuser. Un jour on aura des covers d’OT dans les H&M (rires).

D’ailleurs, quel regard portez-vous sur la scène alternative française ?
A: On a très peu de metal à la radio/tv en France et on a la sensation que cette scène est mal vue du grand public tout simplement. L’Angleterre par exemple a connu le mouvement punk, qui a eu ses bons et ses mauvais côtés mais qui a su malgré tout faire évoluer les mentalités et le regard des gens sur les styles musicaux plus « extrêmes » notamment.
Y : On commence à se sentir vieux, sauf Alex (rire). C’est peut être bizarre de dire ça alors que Our Theory a seulement quelques années mais tout va très vite. On vu des copains qui ont réussi a s’exporter à l’international mais on en aussi vu beaucoup arrêter la musique parce que c’est trop difficile de durer, pas facile de faire des concerts, trop de contraintes, le plus souvent des soucis d’argent, et un groupe de métal n’a souvent aucune aide pour se développer, faut s’accrocher quand c’est dur et c’est ce qu’on fait, on aura plus que jamais besoin de vous d’ailleurs!

Vous venez de signer chez Zestone Records, qui s’occupera de votre distribution au Japon. Être signé chez un label en Asie, ça ouvre pas mal d’opportunités, comme par exemple pouvoir tourner là-bas. Mais qu’est-ce qui vous a poussé à signer chez eux ?
A: Le Japon est un pays vraiment fascinant en tous points, aucun d’entre nous n’y est encore allé et ça serait un rêve que le groupe se développe à l’autre bout du globe.
Y: On a démarché pour l’EP et Zestone nous à proposé un deal sans contrainte, ils croient réellement au projet. Ça a éveillé en nous l’envie de nous exporter là bas, on est en discussion, on fera le maximum pour tourner en Asie. Les groupes européens ne s’intéresse pas suffisamment au potentiel qu’il pourrait avoir là bas, et c’est assez dommage.

Autre que le nouvel EP « Renaissance », cette signature chez Zestone Records. Vous avez des projets pour cette fin d’année, voir l’an prochain ?
A: Nous ne préférons rien dire avant que tout soit validé mais on espère avoir l’opportunité de jouer un peu partout prochainement, faire des rencontres et faire la fête. Beaucoup de contenu va également voir le jour, vous en saurez plus très prochainement.
Y : Les choses se passent frérot… chut (rires)

Et enfin, notre webzine se nomme Spread Their Sound. Y-a-t-il des groupes que vous aimeriez recommander à nos lecteurs ?
A: J’ai fondé en début d’année mon agence artistique « Sumeenk Productions » et je tiens bien évidemment à conseiller les groupes très prometteurs présents sur le roster, Out Of My Eyes et The Blackmordia.
Y: Rien a voir avec du métal mais j’aime bien le délire et l’image que tient Bagarre en ce moment.

ourtheoryband.com

Interview: Emma Forni & Kasumi Chevallier
Photo: Julien Froment