Dossier Vans Warped Tour ’16: L’histoire

Comme l’a dit le grand Mark Hoppus : « Couldn’t wait for the summer and the Warped Tour. » 
Oui, la période de l’année que tous les jeunes américains attendent tant est enfin arrivée. Inutile de vous présenter le festival qu’est le Vans Warped Tour aka l’un des plus gros festivals de musique rock/alternatif.

Gang feat Dracorne et Baymax— Christophe Soulas

C’est à quatre que nous partons donc avec nos sacs à dos et valises, direction les Etats-Unis ! Même des petits parisiens comme nous avons le droit de participer à un événement d’une telle ampleur. Nous profitons donc de notre road trip à travers la côte est pour faire quelques dates. A peine arrivés à JFK que nous prenons déjà la route à bord de notre Ford Focus (Titine pour les intimes). Pour éviter de vous écrire un livre sur ce magnifique road trip, voici un résumé de nos jours de festival.

Pendant ce voyage, deux personnes découvrent le festival pour la première fois (un article sera bientôt disponible à ce sujet) alors que les deux autres se sentent comme à la maison. Trois dates, trois villes : Syracuse, Camden et Hartford. Pas de grandes différences entre ces différentes dates, à part peut-être la taille. Etant donné que toutes les dates de la côte est sont très rapprochées, nous avons la chance d’assister au VWT autant sur des petites que des grandes capacités. A part ça, le rituel est le même pour chaque festival : on arrive, on fait la queue (ou pas), on chope un programme de la journée (qui change tous les jours, je précise), on repère les groupes à ne pas rater et c’est parti pour une journée de folie.

Nous sommes gâtés cette année avec la météo, il fait beau et chaud, et même un peu trop. À cause de la chaleur, nous n’arrivons pas toujours à profiter des différents sets. Et quand il ne fait pas beau, c’est le déluge. Donc en gros, soit on se chope des coups de soleil, soit on prend une douche dehors. Malgré cela, nous essayons de profiter un maximum de la musique qui nous entoure.

Le lineup de cette édition ne nous inspire pas vraiment. Nous y retrouvons peu de groupes que nous voulons voir. En revanche, nous sommes très contents de revoir The Maine. En effet, ces derniers ne sont pas venus en France depuis presque trois ans. John et sa bande mettent toute la foule à l’aise, qui finit par danser au rythme de leurs morceaux plus catchy que jamais.

Sean Mackin — Yellowcard— Christophe Soulas

Bien évidemment, impossible de rater Yellowcard qui ont annoncé leur séparation il y a quelques mois. Un set rempli d’émotion que nous voyons les trois jours. Ils refusent de jouer leur dernier single parce qu’ils “savent bien que ce n’est pas pour ça que vous êtes là !” et enchaînent plutôt les titres d’Ocean Avenue. Vu la réaction de l’énorme foule présente à chacun de leur set, le calcul était le bon. 
S’il y a un autre groupe que nous refusons de rater, il s’agit bien de ROAM ! Une première fois pour nos petits anglais (no pun intended), de quoi nous rendre très heureux. Nous n’hésitons pas à nous mêler à la foule afin de chanter notre cœur dehors sur “Head Rush” (si si, this was for you), surtout que l’audience est plutôt dispersée quand ils jouent contre The Story So Far. Sur une note pop-punk, ça fait toujours plaisir de voir State Champs en live. “Backstreet’s Back” pour ouvrir le set et un show quasi parfait, ces garçons n’ont clairement plus rien à prouver, ils ont bien trouvé leur place.

Christophe Soulas

En parlant de perfection, comment ne pas aimer Tonight Alive ? Certes, les critiques de leur opus ne sont pas terribles, MAIS ils restent tout de même l’un des meilleurs groupes live que nous avons eu la chance de voir. Jenna est débordante d’énergie et elle ne sait pas ce qu’est une fausse note. Et soyons honnête, “Drive” est super catchy et cool en live. Elle profite d’ailleurs de son estrade pour répéter “MY REALITY, MY EXPECTATIONS” et sensibiliser les jeunes à son combat pour la différence et l’acceptation de soi. Ce combat est également porté par de nombreuses associations, que vous pourrez découvrir dans un article dédié un peu plus tard dans le mois.
À part ça, Set It Off est notre nouveau guilty pleasure et on adore faire le signe illuminati. Nous n’allons pas parler de tous les groupes non plus, ça ferait beaucoup, mais mention spéciale à : Young Guns, Four Year Strong, Sum41, Real Friends, We The Kings, Coldrain, Chunk! No, Captain Chunk!, etc. Nos découvertes et coups de coeur auront le droit à un article rien que pour eux un peu plus tard ;)

Masked Instruder / Set It Off /ROAM — Christophe Soulas

Nous n’avons pas vraiment choisi nos dates au hasard. En effet, beaucoup de groupe que nous aimons sont originaires de la côte est. Nous espérions donc qu’il y ait des guests. Et nous avons eu raison ! PVRIS joue un set exceptionnel à Hartford, CT. Enfin… Exceptionnel est un bien grand mot. Si White Noise est l’un des albums que nous avons le plus écouté l’année dernière et que nous avons vu le groupe un bon nombre de fois, nous sommes déçus par cette performance. En effet, les problèmes techniques et le possible manque d’entrainement se font ressentir. Le set n’est pas horrible mais nous avons connu mieux. Nous apprécions tout de même le fait que Jenna de Tonight Alive vienne interpréter “My House” et que Lynn fasse une apparition pendant “Lonely Girl”, comme elles le faisaient lors du Honeymoon Tour.

The Maine / Tonight Alive feat PVRIS — Christophe Soulas

Enfin bref, nous avons profité un max de toute cette bonne musique, de la bouffe super chère et pleine de gras des festivals, du stand d’eau gratuite et de la poussière. Si nous avons décidé de faire cinq dates en arrivant, nous estimons que trois est largement suffisant. Au final, nous faisons vite le tour de ce qu’il y a à voir et puis mine de rien, c’est fatiguant. Une pensée à tous ces groupes, crews et staff qui sont constamment sur les routes.

Pour toutes les personnes qui aiment faire des circle pits autour des tentes, qui veulent passer un bon moment avec de la bonne ou tout simplement se la péter auprès des copains, le Vans Warped Tour est un festival à faire au moins une fois dans sa vie.

Chunk! No, Captain Chunk / Coldrain / Against The Current / New Found Glory — Christophe Soulas
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.